Frise 1 blog SAPS. © Inra, Arnaud Veldeman

Pôle de recherche, formation et innovation en sciences animales

SAPS est un collectif de recherche multidisciplinaire et structurant d’envergure internationale dédié à la biologie animale, au service de l’élevage et de la santé.

 

Créé en 2015, SAPS fédère neuf unités de recherche et trois unités expérimentales, sous les tutelles conjointes de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), d’AgroParisTech, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), de l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (ENVA) et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). SAPS, ancré dans l’Université Paris-Saclay est également relié à l’Université Paris-Est via ses partenariats avec l’ENVA et l’ANSES.

Nombre de résultats par page

Pascale Chavatte-Palmer reçoit le Trophée Prévention-Santé du Cercle K2

 
 
Publié le 10/04/2018

L’institut Sciences Animales Paris-Saclay accueille des Lycéens.

 
 
Publié le 05/04/2018

C’est ainsi qu’ils ont pu assister à une présentation sci...

Les microbiotes et la santé humaine, animale et environnementale : Prévention et traitements du futur

 
 
Publié le 05/04/2018

Des travaux sur les microbiotes explosent parfois sans concertation suffisante ou coopération des équipes concernées. La France enten...

Caractérisation des ARN circulaires dans le testicule de porc

 
 
Publié le 29/03/2018

Jeudi 5 avril 2018 à 11h00

Centre INRA IdF Jouy-en-Josas

Amphithéâtre du bâtiment 440

Résumé

Les ARN circulaires ont été découverts depuis très longtemps m...

L'épigénétique dans la réponse du vivant aux facteurs environnementaux

 
 
Publié le 15/03/2018

Les 13 et 14 mars, le colloque EPIGEN organisé par Adebiotech a réunit des académiques, industriels, cliniciens et épidémiologistes autour de l'épigénétique.

Dans un contexte où l’Homme, les animaux et les plantes sont tous exposés à des facteurs de variation biotiques et abiotiques dont l’impact sur les organismes reste pour l’instant mal décrit (changement climatique, pollution des sols, eau et air, perturbateurs endocrinien, …), l’identification des éléments moteurs...