• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

"Coordination spatio-temporelle des divisions cellulaires dans l’embryon de mammifère précoce."

. © Inra, D. Fabrèges
Publié le 11/03/2019
Mots-clés : CONFÉRENCES

Vendredi 15 mars à 13h30
Centre de Jouy-en-Josas
Salle de réunion 271 du Bâtiment 230
Résumé :

Le développement embryonnaire précoce est remarquable par sa robustesse et sa reproductibilité apparente. Les embryons de mammifères ne font pas exception, malgré une variabilité spatio-temporelle importante entre blastomères, entre embryons et entre espèces. Cette variabilité, longtemps considérée comme un “bruit développemental”, semble être un élément essentiel à la robustesse. Nous explorons son rôle dans les processus morphogénétiques aux échelles cellulaire, embryonnaire et évolutionnaire et tentons d’élucider les éléments biomécaniques canalisant le développement dans un chemin robuste. Les moments de divisions cellulaires, évènements majeurs des stades pré-implantatoires, montrent une variabilité espèce-dépendante conduisant à des taux de désynchronisations très différents selon l’espèce observée (souris, lapin et humain). Nous étudions cette désynchronisation des temps de divisions pour comprendre sa contribution à la formation d’un embryon viable, notamment par le biais d’une exploration de l’espace des formes. Au travers de cette étude, nous montrons qu’il est possible d’extraire chez la souris des trajectoires développementales convergentes répondant à des critères biomécaniques simples, telles que la maximisation des surfaces de contacts et la régularisation des formes géométriques.
Invité par Véronique Duranthon, UMR 1198 Biologie du développement et de la Reproduction