• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Débattre de la CrispR-Food ; Et si demain, nous mangions des génomes édités ?

 © Max MOLLON - Design Fiction
Mis à jour le 20/08/2018
Publié le 12/07/2018
Mots-clés : BREVES

Designer, enseignant et chercheur en design fiction, Max Mollon imagine des futurs f(r)ictionnels, parsemés d’objets et d’usages qui confrontent au débat éthique et social.

Le 26 juin dernier, a eu lieu le Design Fiction Club #9, CrispR/Cas9 : La révolution du copier/coller de l’ADN (Evènement Gaité Lyrique, Design Fiction Club), au cours duquel les participants se sont projetés en 2046 lorsque les fruits et légumes de notre alimentation (voire les produits animaux) seraient tous issus des nouvelles biotechnologies d’édition des génomes. A partir de situations imaginaires décrivant un monde soucieux de respecter l’environnement et la santé humaine mais faisant usage, à bon escient, de la science pour atteindre l’objectif de nourrir la planète, le public est entré dans un jeu d’acteurs pour déclarer ses inquiétudes, ses interrogations ou sa confiance face à l’utilisation de ces nouveaux produits dans l’alimentation quotidienne.

Cette démarche, conduite avec le souci de conserver une vérité scientifique dans les situations d’anticipation proposées, a été préparée en amont avec plusieurs chercheurs de l’INRA (C. Cotinot et G. Jolivet, UMR BDR, SAPS). Elle a permis de faire s’exprimer un public non averti sur un enjeu sociétal d’importance en abordant l’efficacité et la sécurité biologique des méthodes utilisées mais aussi l’impact économique et le contrôle politique de ces technologies. Pour cela, divers intervenants avaient été invités, scientifiques d’instituts de recherche, philosophes, employés de la mairie de Paris, mais aussi des acteurs pour animer ce nouveau «Design fiction club» dont l’objectif est de proposer un débat participatif ouvert à tou.te.s. Ce type de débat pourra être adapté à différents publics (chercheurs, agriculteurs par exemple…) et Max Mollon envisage de produire une synthèse pour la fin de l’année.