• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Festival Pint of Science – L’Homme au cœur de la sélection animale

Pâturage d'été dans le Livradois, en Auvergne.. © Inra, TOILLON Sylvie
Mis à jour le 07/06/2018
Publié le 20/05/2018
Mots-clés : BREVES

Après un accueil chaleureux de la part des organisateurs de l’association Pint of Science, Anna-Charlotte a présenté la sélection des vaches laitières sous l’angle de son sujet de thèse. Un quiz scientifique généraliste a ensuite été proposé à tous les participants à la soirée, afin de leur permettre de gagner quelques cadeaux. Avant la correction du quiz et la distribution des récompenses, Etienne a présenté la sélection animale depuis la domestication jusqu’à aujourd’hui, en abordant finalement les types hyper-spécialisés et les limites éthiques de la sélection.

Le public, majoritairement composé d’étudiants d’Orsay et ses environs, a été captivé par le  sujet et les échanges ont été très enrichissants. Une expérience à vivre au moins une fois, d’un côté ou de l’autre de la pinte, et un moyen original de dialogue Science-Société ! »

  • Anna-Charlotte Doublet, Doctorante, UMR GABI - Génétique Animale et Biologie Intégrative, équipe PSGen
  • Etienne Verrier, Professeur INRA-AgroParisTech

Résumé

La sélection des animaux selon leur performance (par exemple, la production de lait des vaches) existe depuis que l’homme pratique l’élevage. Récemment, le développement de la génétique a rendu la sélection encore plus efficace. Mais quand il en vient à influencer l’évolution des espèces animales, l’homme peut-il tout se permettre ? Jusqu'où la sélection animale peut-elle aller ?
Processus multimillénaire, la domestication a conduit à une diversité foisonnante au sein des espèces animales concernées, qui n'a pas d'équivalent dans la faune sauvage. A partir du XVIIIe siècle, la sélection animale s’est organisée comme une "industrie" humaine et, à partir des années 1940-1950, l'application des concepts de la génétique a permis des évolutions spectaculaires des populations animales. Mais alors, quelles limites se donne-t-on dans notre capacité à faire évoluer le vivant ? Cette question n'est pas l'affaire des seuls scientifiques et doit faire l'objet de débats publics !