• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Du sur-mesure dans les interactions entre l’utérus et l’embryon.

Veau sous la mère.. © Inra, BOSSENNEC Jean-Marie
Mis à jour le 17/07/2019
Publié le 07/05/2019
Mots-clés : publications



L’une des étapes cruciales de la gestation est l’implantation de l’embryon dans l’utérus au contact d’un tissu appelé endomètre. Cependant, les mécanismes qui permettent cette implantation demeurent encore largement méconnus. Une collaboration franco-américaine menée par des chercheurs de l’Inra révèle qu’entre l’embryon et l’endomètre s’établit une intense communication qui leur permet de s’adapter l’un à l’autre. Les scientifiques ont analysé, chez des bovins, l’expression des gènes dans l’embryon et l’endomètre en début de gestation. Ils ont montré que de nombreux processus biologiques à l’œuvre dans les deux tissus sont étroitement corrélés. Publiés dans Plos Biology, les résultats de ces recherches, peuvent aider à mieux comprendre comment des défauts dans les processus d’adaptation réciproques entre l’endomètre et l’embryon peuvent conduire à des échecs de gestation précoces chez les mammifères.

Cette étude est la première qui analyse simultanément l’expression des gènes chez un embryon et dans l’utérus qui lui fait face. Chez le bovin, le taux élevé d’échec de gestation, de l’ordre de 40-50% après l’utilisation de biotechnologies de la reproduction (transfert d’embryons produits in vitro) pourrait s’expliquer par des interactions défectueuses entre l’utérus et l’embryon. Une capacité d’adaptation de l’endomètre plus limitée de certaines receveuses pourrait ainsi expliquer pourquoi des embryons classés aptes au transfert ne parviennent pas à s’implanter. Des phénomènes comme les échecs de gestation précoces dans l’espèce bovine et chez la femme pourraient donc avoir pour origine des défauts d’adaptation entre l’endomètre et l’embryon. Ces travaux constituent une avancée importante dans la compréhension fine des premières étapes de la gestation et ouvrent des perspectives de recherche pour améliorer le taux de gestation à terme après transfert d’embryon.

Référence

Fine-tuned adaptation of embryo–endometrium pairs at implantation revealed by transcriptome analyses in Bos Taurus. Fernando H. Biase, Isabelle Hue, Sarah E. Dickinson, Florence Jaffrezic, Denis Laloe, Harris A. Lewin, Olivier Sandra. Plos Biology. https://doi.org/10.1371/journal.pbio.3000046